[./page_1.html]
[./page_2.html]
[./page_3.html]
[./index.html]
[./page_4.html]
[./page_5.html]
[./page_6.html]
[./page_7.html]
[./page_8.html]
[./page_9.html]
[./page_10.html]
[./page_11.html]
[./page_12.html]
[./page_13.html]
[./page_14.html]
[./page_15.html]
[./page_16.html]
[./page_17.html]
[./page_18.html]
[./page_19.html]
[./page_20.html]
[./page_21.html]
[./page_22.html]
[./page_23.html]
[./page_24.html]
[./page_25.html]
[./page_26.html]
[./page_27.html]
[./page_28.html]
[./page_29.html]
[./page_30.html]
[./page_31.html]
[./page_32.html]
[./page_33.html]
[./page_34.html]
[./page_35.html]
[./page_36.html]
[./page_37.html]
[./page_38.html]
[./page_39.html]
[./page_40.html]
[./page_41.html]
[./page_42.html]
[./page_43.html]
[Web Creator] [LMSOFT]

Cercle Numismatique de Nice
  
Nos activités
Conférences mensuelles
Souvenirs des anciennes Bourses
Publications
Annales
Numéros hors série
Index thématique
Présentation du C.N.N.
Conseils pratiques
Acheter des monnaies
Eviter les faux
Conserver ses monnaies
Accueil
Nice par les monnaies
New ! Nice et les médailles
Les monnaies de la CCI de Nice
Antiquité
Monnaies de Péonie
La divine Cléopâtre
Le monnayage de Salonine
Moyen-Age / Renaissance
La reine Jeanne
Guerres franco-anglaises
Pièces franco-écossaises
XVIIe / XIXe siècles
Curiosités de Martinique
Obsidionales de Mayence
Les Misérables et l'argent
Période moderne
Les bons de Boom
Billets Mangbetu
Billets de Garibaldi
Paroles de numismates
Le Président du CNN
La Présidente du SENNP
Carnet de voyage
Cartes postales anciennes
Nice d'hier
La fabrication des monnaies
Les hôtels des monnaiess
  
  
  
  
Devenir membre
Album Photos
Liens, sites amis
Recommander le site
© Cercle Numismatique de Nice - Toutes les utilisations de textes ou d'images émanant de ce site sont soumises à autorisation préalable et mention/lien de la provenance Cercle Numismatique de Nice
  
BILLETS DE GARIBALDI
31
Papier-monnaie ’’garibaldien’’
Nous célébrons, cette année 2007, le bicentenaire de la naissance d’un personnage cher à l’Italie et à la ville de Nice: Joseph Garibaldi !
par Vincent Deprêtre,
du Cercle Numismatique de Nice
Si de nombreuses médailles et monnaies honorent la mémoire du ‘’héros des deux mondes’’, les passionnés de papier monnaie devront se satisfaire de trois variétés de documents: un projet de billets réalisé pour la Banque d’Italie lors de la seconde guerre mondiale, une coupure émise par une banque privée uruguayenne à la fin du XIX ème siècle et des bons de secours datant de la période du ‘’Risorgimento’’.
Projet pour la Banque d’Italie

Il n’existe aucun billet de la Banque d’Italie rendant hommage au personnage. Cela aurait pu être le cas si un projet d’émission, envisagé dès 1943 et prévoyant 545 millions de coupures  pour un montant total de 100 milliards de lires, avait vu le jour.

A la demande pressante des autorités américaines, la série devait être réalisée aux Etats-Unis. L’American BankNote Co fut ainsi chargée de réaliser les épreuves de trois billets qui furent présentés à la Banque d’Italie en 1944. La vignette centrale, reproduisant le buste du Général Garibaldi, était identique pour les trois coupures de 100, 500 et 1.000 lires, les billets se différenciant principalement par leurs dimensions (respectivement 121 x 63, 153 x 72 et 173 x 78mm) et des variantes ornementales.

Après de nombreuses temporisations, la  Banque d’Italie réussit à écarter ce projet considérant peu fiable la qualité des gravures réalisées par l’imprimeur américain, souhaitant éviter le coût financier excessif facturé par les américains pour la fabrication et voulant surtout conserver la totale indépendance de l’institut national pour la réalisation des billets italiens.
Ce projet est référencé dans le catalogue ‘’Papier monnaie d’Italie’’ de Guido Crapanzano et E. Giulianini  (Editions Spirali) ; par ailleurs un compte rendu de l’histoire de ce projet est détaillé dans l’ouvrage ‘’Soldi d’Italia – Un siècle de papier monnaie’’ de Guido Crapanzano (éditions Fondation Caisse d’Epargne de Parme -1996). Sur le marché de la collection sont récemment apparues des gravures de l’ABNCo, vignette centrale des billets reproduisant le buste de Garibaldi (FIG 2). Proposé sur le web, ce petit document possède une valeur marchande d’environ dix à vingt euros.
Billet émis en Uruguay

L’unique billet reproduisant Garibaldi et ayant circulé est une coupure sud américaine du Banco Italiano del Uruguay, 10 pesos – émission du 20.09.1887 (FIG 3).

Le billet  rappelle son action en 1841 à la tête des volontaires italiens, lors des luttes contre le dictateur Rosas pour l’indépendance de l’Uruguay. Garibaldi est représenté, dans la cartouche de droite, vêtu de la chemise rouge,  à l’origine un vêtement pour les ouvriers des abattoirs argentins, et portant le chapeau de gaucho; cette tenue fait partie du mythe garibaldien.

Les billets signés (émis) sont rares, qu’il s’agisse de cette coupure de 10 pesos ou de la coupure de 100 pesos (billets référencés Krause-Pick PS 212 et PS 213). En effet les émissions des banques privées et du gouvernement uruguayen furent autorisées jusqu’en 1896, le Banco National, crée en 1862, ayant commencé à émettre ses billets en 1887. A contrario les coupures n’ayant pas circulé (non signés) se trouvent assez facilement, toujours en parfait état et pour quelques dizaines d’euros.
Emission de secours en faveur des insurgés romains

Garibaldi  participa à maintes reprises à des actions militaires visant à libérer Rome de l’autorité papale. Sa dernière intervention en ce sens se termina par la défaite de Mentana en novembre 1867 contre les troupes du Pape équipées de matériel français plus performant.
Plusieurs séries de bons d’aide aux insurgés romains, datant du 30.04.1867, nous rappellent ces événements. Les bons de ‘’Soccorso a sollievo dei romani‘’ (littéralement ‘’Secours pour soulager les romains’’) servaient de garantie aux sommes versées en faveur des insurgés.

L’émission comportait des coupures de 5, 25 et 100 lires, identiques d’un point de vue graphique (FIG 4). La signature de Garibaldi (FIG 5), positionnées à droite ou à gauche et verticalement, n’apparaît que sur les coupures de 25 et 100 lires ; elle fut probablement apposée pour  encourager les dons.
Référencés dans les catalogues de Papier Monnaie de Editions Alfa, les bons sont relativement rares ;  leur côte numismatique varie selon les signataires, la valeur faciale et le positionnement de la signature de Garibaldi (ci-contre).

Signalons, pour compléter ce propos, l’existence d’une autre émission de secours ‘’Soccorso a Garibaldi’’, bons de 6 Carlini utilisés lors de la libération de Rome et la Vénétie, document monétaire de la plus grande rareté, également mentionné aux éditions Alfa. 
Copyright - V. Deprêtre/Cercle numismatique de Nice – Août 2007 - Tous droits réservés
Prochaine soirée du CNN : 12 JUIN 2017 : "Les monnaies locales de Cagnes" par Jérôme Cotte / puis "Les bitcoins", par Gilbert Acchiardi / puis "Les monnaies locales" par Yves Brugière ...